Fermeture de Liberté : Issad Rebrab s’explique

Publié le 16 avril 2022 à 19:28

par: Anissa Chafai

Après 30 ans d’existence, le journal Liberté cesse de paraître. Son dernier numéro est paru ce jeudi 14 avril, suscitant l’émoi de la profession, des lecteurs et de toute la société. Un journal qui ferme n’est jamais une bonne nouvelle.

Dans une déclaration publiée dans cette dernière édition, le propriétaire du titre, l’industriel Issad Rebrab, s’est expliqué sur sa décision de fermer Liberté.

Une décision qu’il impute principalement aux difficultés économiques du journal et accessoirement à sa volonté, ainsi que celle de ses successeurs à la tête de Cevital, de se consacrer exclusivement aux activités industrielles du groupe. Car au passage, l’homme d’affaires annonce aussi sa prochaine retraite.

« Court et vain sursis »

« Depuis un temps, le journal est distribué à perte. Et la perspective n’est point encourageante », résume Issad Rebrab.

« Aux concitoyens et amis du journal ayant exprimé leur souhait de voir sa parution se poursuivre, et à ceux n’ayant pas compris les motifs, je confirme que sa situation économique ne lui permet qu’un court et vain sursis », écrit-il.

Selon lui, le journal a été proposé à la vente, « mais il a été victime, comme beaucoup de supports de presse, de l’évolution mondiale des comportements des lecteurs qui s’orientent vers la presse électronique ».

« Le problème procède autant de l’état général récessif de la presse papier que du contexte commercial qui prive le journal de la contribution de vitales annonces publicitaires et de l’amenuisement accéléré du lectorat », explique encore Rebrab.

« Exaltante aventure collective »

L’autre motivation de la fermeture de Liberté c’est la volonté de son propriétaire de laisser ses successeurs se consacrer aux activités industrielles du premier groupe privé algérien.

« Au moment où je prends enfin une retraite effective, j’ai voulu faire en sorte que la relève qui me succédera puisse se consacrer au seul impératif de développement des activités industrielles du groupe, libérée des contraintes particulières de gestion d’une entreprise de presse. C’est au demeurant le souhait légitime de mes successeurs », lit-on dans la déclaration d’Issad Rebrab, qui annonce donc officiellement sa prochaine retraite.

« Depuis plus d’une année, j’ai placé le groupe Cevital dans une perspective d’un nouveau départ devant faire suite à mon retrait de la vie active que mon âge a rendu nécessaire et que j’annoncerai prochainement », indique-t-il.

Rebrab, qui qualifie Liberté d’ « exaltante aventure collective » et de journal qui « a su porter le combat pour toutes les libertés », remercie tous ceux qui ont appelé à sa préservation, les lecteurs et les générations d’employés, s’inclinant devant la mémoire de « ceux d’entre eux qui, sous les balles assassines du terrorisme, ont payé de leur vie la cause de progrès et de démocratie qu’il a toujours défendue ».


«   »

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.