La néo-banque N26 est-elle au bord de la faillite?

Publié le 26 avril 2022 à 22:13

Allemagne, aux Pays-Bas, en France et même en Belgique, des clients de la néo-banque N26 voient leurs comptes bloqués sans raison.

Les comptes de clients belges de la néo-banque allemande N26 ont été subitement fermés. La banque évoque des erreurs de mise à jour du système, mais la panique s'installe.

Des comptes subitement bloqués chez N26 et dans le chef des clients une certaine panique s'installe. La néo-banque allemande est-elle sur le point de mettre la clé sous le paillasson?

N26 affirme que sur les 150.000 clients belges comptabilisés début 2022, seuls quelques dizaines sont aujourd’hui affectés par ces clôtures.

Ils se sont ainsi vus conseiller par le service d'assistance online d'ouvrir un nouveau compte afin que l'argent puisse y être transféré.

ant au niveau de la FSMA, responsable de la protection des investisseurs, que du SPF Économie, on affirme n'avoir reçu, pour l'heure, aucune plainte de clients.

La panique est d'autant plus grande que la fermeture de ces comptes ne touche pas uniquement la Belgique. Un groupe de clients a ainsi créé une page Facebook "clients arnaqués par N26". Sur WhatsApp, un groupe rassemble plus de deux cents numéros.

Des clients allemands et néerlandais se disent, eux aussi, victimes de fermetures de comptes.

La justice française a été saisie pour obtenir restitution des fonds bloqués, des dommages et intérêts pour des clients français, mais aussi des informations sur les raisons de la non-restitution des fonds.

Les raisons de ces fermetures

Interrogée, la direction de la néo-banque évoque des soupçons d'irrégularités pour expliquer ces fermetures.

"Il nous est parfois nécessaire de bloquer ou de fermer des comptes lorsque nous détectons des activités ou des comportements inhabituels, ou encore en cas de violation de nos conditions générales." N26 

"En tant que banque agréée, N26 est légalement tenue de surveiller les comptes de ses utilisateurs afin d’en garantir la sûreté, ainsi que la sécurité. Pour ce faire, et au vu de l’évolution continue de la cybercriminalité, nous déployons en permanence les technologies les plus récentes et développons continuellement des systèmes afin de repérer et prévenir toute fraude éventuelle. Dès lors, il nous est parfois nécessaire de bloquer ou de fermer des comptes lorsque nous détectons des activités ou des comportements inhabituels, ou encore en cas de violation de nos conditions générales."

Un problème lors de la mise à jour des mécanismes de contrôle mi-avril est aussi avancé, avec comme conséquence un emballement des algorithmes bloquant des comptes.

"Nous avons rapidement corrigé ce problème et ajusté la mesure mise en place. Nos équipes sont également en train de contacter directement les utilisateurs concernés pour résoudre ce problème aussi rapidement que possible." 

Quoi qu'il en soit, le contrôle de toute tentative de fraude ou de blanchiment est un vrai défi pour le secteur bancaire. On se souvient ainsi de la lourde sanction imposée à ING pour manquement en la matière.

La cellule de traitement des informations financières (CTIF) explique que, selon la réglementation, les établissements financiers ont l'obligation de transmettre à leur autorité tout soupçon de fraude ou blanchiment. Dans le cas de N26, c'est donc le régulateur allemand qui sera informé, même si le soupçon porte sur un client belge.

La CTIF sera toutefois saisie du dossier si la transaction s'est effectuée entre deux Belges. Par ailleurs, si au cours de cette enquête, la CTIF conclut à des manquements dans le chef de N26, elle devra en référer au régulateur allemand.

Les fintechs sont aussi réglementées

Interrogée sur une possible faillite de la banque, la direction belge s'en défend. "Nous souhaitons rassurer sur le fait que N26 ne présente aucun risque de faillite, puisque nous disposons d'une collecte de fonds ainsi que d'un financement solides." De son côté, le régulateur allemand, la Bafin, se retranche derrière un devoir de confidentialité.

"Nous souhaitons rassurer sur le fait que N26 ne présente aucun risque de faillite, puisque nous disposons d'une collecte de fonds ainsi que d'un financement solides." N26

Qu'elle soit issue des fintechs ou de la filière traditionnelle, une banque doit, pour pouvoir opérer, disposer d'un agrément octroyé par le régulateur et surtout souscrire au système de garantie des dépôts jusqu'à 100.000 euros.

Le porte-parole de la Bafin, Harald Hürter, confirme ainsi que l'enseigne est bel et bien affiliée au système d'indemnisation des banques privées allemandes (Entschädigungseinrichtung deutscher Banken GmbH) sur la base de la loi allemande sur la garantie des dépôts. Cela signifie qu'en cas de culbute de la fintech allemande, les clients belges, français, néerlandais et autres seront indemnisés par le biais du fonds de garantie allemand.

"En Italie, l'enseigne ne peut pas prendre de nouveaux clients ou proposer de nouveaux produits aux clients actuels."

Les casseroles de N26

En septembre dernier, N26 a été sanctionnée d'une amende de plus de 4 millions d'euros par le régulateur bancaire allemand pour des failles dans son dispositif de lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme. Un commissaire spécial a été chargé de contrôler la conformité de la fintech et a imposé un plafond temporaire de 50.000 à 70.000 nouveaux clients par mois.

Le régulateur italien vient de lui emboîter le pas pour des manquements similaires. En Italie, l'enseigne ne peut pas prendre de nouveaux clients ou proposer de nouveaux produits aux clients actuels.

En janvier 2021, après six années d’existence N26 se targuait d'avoir séduit quelque 7 millions de clients. Néanmoins, la banque, qui agit uniquement par voie numérique et ne dispose donc pas d'agences, peine toujours à atteindre la rentabilité. En 2020 (derniers chiffres disponibles), elle affichait une perte de 150 millions d'euros.

Malgré tout, le co-CEO Maximilian Tayenthal indiquait récemment qu'une introduction en bourse était envisagée en 2024.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


«   »

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.